Vous avez une question?


Recherche de mots clefs dans les articles

6 articles dans la catégorie arbres Toutes les catégories

Les forêts ne sont pas des mines Nos arbres nous sont précieux

Nos forêts ne sont pas des mines de charbon que l'on exploite jusqu'à leur extinction. Nos arbres nous sont précieux, car ils nous sont indispensables pour vivre, ils régulent l'humidité, créent un biotope, permettent à des milliers d'êtres vivants d'évoluer, absorbent le CO2, filtrent les particules fines, etc. L'utilisation du bois pour la construction est vertueux, mais comme brûlé en tant que combustible pour produire de l'énergie n'est pas acceptable surtout lorsque l'on veut le substituer au pétrole. Le problème est la prolifération des moyens créés par l'homme de plus en plus consommateurs avec une population en perpétuelle augmentation : bientôt 10 milliards d'individus.

L’industrialisation de la forêt pour brûler les arbres est une erreur

500 scientifiques et économistes dont le biologiste américain Peter H. Raven ont envoyé une lettre le 11 février 2021, aux responsables européens Ursula von der Leyen et Charles Michel au président américain Joe Biden, au Premier ministre japonais Yoshihide Suga ainsi qu'au président sud-coréen Moon Jae-in. Cette mise en garde destinée aux dirigeants est destinée à les informer sur l’utilisation de la biomasse forestière.« Nous vous exhortons à ne pas porter atteinte à la fois aux objectifs climatiques et à la biodiversité en remplaçant la combustion fossile par le fait de brûler des arbres pour produire de l’énergie ».

La forêt en France diminue-t-elle ? Comment la préserver

La forêt reste le seul milieu où une certaine biodiversité perdure avec les vieux arbres dans les espaces boisés préservés de la main de l'Homme qui fait de la monoculture industrielle. L'État français, sous l'influence des lobbies pousse les consommateurs en octroyant des primes à s'équiper en équipements de chauffage au bois. Il est malheureusement impossible de substituer les produits pétroliers par la biomasse.

Les arbres de nos forêts ont plus de valeur vivants que morts

Il ne suffit pas de mettre des arbres en terre pour sauver nos forêts. En France, la forêt serait d'après certains médias tellement choyée qu'elle aurait retrouvé son étendue de la fin du Moyen Âge. Mais ces informations optimistes ne tiennent pas compte les dégâts liés au dérèglement et au réchauffement climatique. Planter comme on le fait des essences d'arbres en mono culture expose à des problèmes liés à la sécheresse. Autoriser l'exploitation d'une forêt comme une mine est une erreur.

La forêt doit être protégée en France métropolitaine

La forêt française qui couvre 17 millions d’hectares soit 28 à 31 % du territoire national est menacée. De multiples maux déciment nos précieux arbres : constructions, sécheresses, attaques parasitaires, risques d’incendies, accroissement de plantations d'une seule essence à faible naturalité la rend plus vulnérable aux différends ravageurs.​

La forêt Française menacée un patrimoine précieux à préserver

À l’échelle européenne, en termes de surface, la France se classerait en quatrième position, derrière la Suède 27 millions d’hectares, la Finlande 22 millions d’hectares et l'Espagne 18 millions d’hectares (source FAO). La forêt française représente 10 % de la surface boisée européenne. Il existe en France 136 espèces d'arbres : 76 feuillues et 60 résineuses. La forêt française est essentiellement feuillue (chênes, hêtre, châtaignier). Des résineux la boisent également (sapin-épicéa, pin maritime, pin sylvestre.) et recouvrent environ 1/3 des surfaces.

5107 vues


Fin des articles