Couper les forêts pour réduire les gaz à effet de serre comme le CO2

Temps de lecture: 5 min , Dernière mise à jour: 03/10/2023

Abattre des arbres pour réduire les gaz à effet de serre comme le CO2 : bizarre non ? Couper une forêt est une perturbation majeure qui affecte pour plusieurs décennies la faune, la flore, le biotope, la disponibilité en eau et l'équilibre des nutriments du sol. Brûler le bois est une absurdité surtout lorsque les industriels fabriquent de l'électricité : un gaspillage inutile. Heureusement les pouvoirs publics ont commencé en 2023 a baisser de 500 euros la prime pour les poêles à granulés et augmenté le montant de la prime pour la rénovation globale. L'efficience dont l'isolation fait partie est la SEULE solution pour économiser l'énergie. 


réflexion-logique-bon-sens
Une avancée "écologique" ?


La mécanisation permettrait suivant les entités qui ont des intérêts dans la filière bois de réduire les temps de coupe et donc les inconvénients dus aux perturbations de la faune et de la flore. Les chantiers seraient organisés dans le strict respect de la biodiversité et des milieux naturels tout en limitant au maximum les impacts terrestres. Quand on constate des coupes rases, on peut se demander où sont ces belles préoccupations.

Les bénéfices rendus par les vieilles forêts
Couper d’avantage d'arbres n'est pas un geste positif dans la lutte contre le changement climatique. Les forêts matures et vieillissantes sont des trésors de biodiversité. Un habitat parfaitement réglé pour de nombreuses espèces animales et végétales. Les forêts sont des systèmes complexes qui offrent d'énormes bénéfices aux sociétés humaines en captant le CO2, fixant les particules fines régulant l'humidité ainsi que les grands cycles de l’eau et du climat.

La seule façon de lutter contre les changements climatiques en décarbonant est d'augmenter la superficie des forêts et non pas de les raser. Nous avons absolument besoin de ces écosystèmes complexes. La France possède entre 28 et 30% de couvert forestier, mais l'appétit des industriels pourrait diminuer très rapidement cette superficie.

3400-milliards-arbres-sur-planète.png

Quelques dates

  • En 2008, date de la mise en ligne d'articles de Picbleu, un climatologue américain James Hansen publiait un article sur la concentration de CO2 (dioxyde de carbone) qui serait supportable dans l'atmosphère pour maintenir les conditions de vie de l'espèce humaine.
  • En 2015, lors de la réunion du G7 (réunion des 7 pays les plus riches) 100 milliards ont été dépensés pour défendre gaz et charbon.
  • En 2016, l'Union Européenne a versé 112 milliards de subventions publiques pour l'extraction d'énergie fossile.
  • En 2017, les 6 plus grandes banques diminuent les financements aux énergies renouvelables et accroissent ceux destinés aux énergies fossiles.
  • HSBC en Grande-Bretagne estimait même que si l'objectif de 2 degrés était respecté, ses actifs perdraient 40 à 60 % de leur valeur boursière. Source la bulle du carbone 2015 Les verts européens.

L’Union Européenne s’était engagée, en décembre 2020, à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 55 % d’ici à 2030, (par rapport aux niveaux d'émissions de 1990). le but était d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. Les intérêts financiers de certains pays couplés à ceux des marchands d'armes qui se réjouissent du conflit actuel (on ne peut pas fabriquer et stocker indéfiniment des munitions sans les utiliser) ont abouti à une guerre dans un pays à la terre très fertile (4 mètres de bonne terre dans certaines zones). Il n'y aura que des perdants. Les vannes des produits pétroliers et gaziers étant fermées, l'Europe renoue avec le charbon aussi polluant que le bois. 27 centrales à charbon vont redémarrer cet hiver en Allemagne. Autriche, Pays bas, Italie, France entre autres vont utiliser le charbon. La France va tenter de refaire fonctionner la centrale de Saint Avold (groupe Gazelénergie filiale d'EPH ainsi que celle de Loire Atlantique à Cordemais toujours en activité. La qualité de l'air en Europe va se dégrader.

Les émissions de CO2

Un habitant français émet en moyenne 11,2 tonnes de CO2 par an. Les experts estiment qu'il faut limiter ce chiffre entre 1,6 et 2,8 tonnes de CO2 par an. D'abord par la pédagogie en démontrant que prendre l'avion est une catastrophe pour notre air et qu'acheter SUV et autres 4x4 très gourmands en matières premières et en consommation sont des actes très polluants. Mais les écrans ne sont pas en reste, car 7 milliards de smartphones ont été fabriqués depuis qu'Apple en 2007 a ouvert le bal. 

Le CO2 seul fautif ?

Le carbone est un gaz qui se dégage lors de la combustion de produits carbonés. Des modifications géoclimatiques comme l'augmentation de la température terrestre (effet de serre) sont dues au rejet de dioxyde de carbone. Le rejet de dioxyde de carbone peut être évité en réduisant la consommation de combustible.

">dioxyde de carbone (CO2) est-il le seul gaz à effet de serre à éliminer ?
Le premier gaz à effet de serre est redoutable : la vapeur d'eau. 7.5 milliards d'êtres humains produisent environ 4% de CO2 et 6,2% de vapeur d’eau.  

LE SAVIEZ-VOUS ?
L'arbre est un être vivant dont nous avons absolument besoin
 


Recherche de mots clefs dans les articles

37 articles