Quantité d'air nécessaire pour brûler 1 kg de bois de chauffage

Temps de lecture: 3 min , Dernière mise à jour: 03/10/2023
Voir les articles de même catégorie:
Chauffage bois et pellet > Chauffage au bois

Pour une bonne combustion l’alimentation en air pour brûler du bois ne doit être ni trop faible, ni trop importante. Un excès d’air entraîne une dilution des fumées engendrant un abaissement de la température. Un taux de dioxygène doit être suffisant dans chaque zone du foyer. À défaut de la quantité requise d'air, la combustion sera incomplète générant imbrûlés et gaz nocifs.


Le local doit posséder un volume suffisant

Il faut un volume minimal dans la pièce du logement pour pouvoir installer un appareil à bois non étanche ainsi qu'une aération permanente pour les appareils à bois non étanches.

Volumes d'air utilisés

Un appareil de chauffage à bois est un grand consommateur d'air 
Il faut 8 à 15 m3 d'air pour brûler 1 kg de bois !

  • Pour brûler 1 kg de bois, il faut 1 kg de dioxygène. Dans l’air atmosphérique, l’oxygène représente 1/5 du volume total.
  • La combustion du bois énergie demande donc une énorme quantité d’air (dioxygène contenu dans l'air), le bois est donc un grand consommateur d'oxygène.
  • Un kilo de combustible de type pellet/granulés de bois consomme environ 4.5 m3 d’air ambiant.

Quantité d'air nécessaire

Le tableau ci-dessous montre que pour une cheminée ouverte à bois classique qui est une catastrophe thermique, il faut environ 240 m3 d’air pour une combustion de 4 kg/h (avec une allure réglée moyenne). Le rendement est dans ce cas très mauvais. 

Quantité d'air nécessaire pour la combustion du bois
Type d'appareil
bois*
Comburant**
Calories***
Air m3****
Cheminée ouverte
1 kg
1 kg
2 à 4 kWh
60 à 100 
Foyer fermé (insert)
1 kg
1 kg
2 à 4 kWh
9 à 15
*      Kg de bois consommés
**    Oxygène nécessaire pour la combustion d'1 kilo de bois
***  Production calorique 
**** Quantité de dioxyde d'oxygène contenu dans l'air consommée par kg de bois lors de la combustion.

Indispensable aération

La combustion du bois est émettrice de particules très fines particulièrement néfastes pour la santé, d'un diamètre aérodynamique inférieur à 1µm qui passent dans les bronches profondes.

16 respirations par minutes et 450 litres d'air inhalés par heure. Aérez correctement vos locaux et préférez des appareils étanches.

appareil-respiratoire-poumons-corps-humain


Le bois émet des polluants

Même avec des appareils performants et dotés d'un bon rendement le bois comme toute autre énergie pollue.

Une bonne combustion du bois génère :

  • Des émissions d’H2O à l’état gazeux, de NOx
  • peu de SOx, car le bois contient peu de soufre comparé au fioul
  • Des émissions de NOx comparables à celles du fioul domestique
  • Des COV (composés organiques volatile), benzène, HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques), dioxines et furannes.
  • Des fumées contiennent du charbon
  • Des fumées contenant également du goudron se condensant sur les parties froides de l’installation (échangeur thermique de la chaudière ou de la cheminée) et responsables de l'encrassement.

Les appareils performants

Un poêle ou une chaudières performants, bien dimensionnés, utilisant un combustible avec un taux d’humidité correct permettent une bonne combustion.

La température est trop basse la combustion est mauvaise et polluante lorsque :

  • Le bois est trop humide
  • La quantité d’air de combustion est insuffisante
  • Le temps de contact entre l’air et le combustible est trop court.

Notons qu'il est plus difficile d'obtenir une combustion efficace avec le bois bûche qu'avec le pellet. Lorsque la combustion n'est pas optimale, des gaz nocifs supplémentaire sont émis.



Recherche de mots clefs dans les articles

36 articles