Connaître la transition énergétique : décider pour agir

Temps de lecture: 6 min , Dernière mise à jour: 12/02/2024
Voir les articles de même catégorie:
Environnement, climat et santé > Environnement actions

Sommaire


La transition énergétique regroupe l'ensemble des mesures à adopter pour une activité humaine responsable et consciente de la préservation du futur pour un modèle plus durable, et plus soucieux des enjeux environnementaux. On parle d'exigence d'efficacité énergétique ou d'efficience thermique.
​​

La transition énergétique

Depuis la création du site en 2008, des millions d'internautes ont formulé de très nombreuses questions inhérentes à tous les sujets traités dans ses pages. À l'expérience et avec le recul des années, nous nous sommes rendu compte de la nécessité de complémenter les informations officielles (ψ Physique) avec une partie liée au subconscient (∞ Métaphysique).

Le mot « transition » est le passage d’un état à un autre. Dans la transition énergétique, le but est d'imaginer, d'inventer, d'innover pour mettre en œuvre des technologies et des pratiques innovantes pour réduire l’impact de notre production d’énergie sur la planète.

Les populations humaines se développent à très grande vitesse et certains pays absorbent une très grande partie des ressources : il faudrait 4.6 planètes pour subvenir à des besoins parfois absurdes. Posséder un yacht plus gros que les autres dont le remplissage des réservoirs nécessite 1 million de litres de carburant est un exemple de la cupidité humaine.

La transition énergétique regroupe l’ensemble des mesures à adopter pour une activité humaine responsable et consciente de la préservation du futur pour un modèle plus durable, et plus soucieux des enjeux environnementaux. On parle d'exigence d’efficacité énergétique ou d'efficience thermique. Il est possible de les obtenir par la diversification des sources d’énergie (appelé mix énergétique) ou la promotion des énergies renouvelables.

Le réchauffement climatique

La transition énergétique concerne tout le monde (producteurs d’énergie, sociétés de transport, particuliers, industriels), les villes, les communes, les collectivités, toutes les activités et les entités qui sont consommatrices d’énergie.

La transition énergétique répond aux problématiques globales du réchauffement climatique, de l’atteinte à la biodiversité, de la raréfaction des énergies fossiles et de l’inégalité des sources d’approvisionnement, ainsi toutes les populations mondiales sont concernées.

Les marges de progression dans l’innovation sont nombreuses et concourent à l’émergence de nouveaux emplois « verts ». Le développement des énergies renouvelables, le stockage de l'énergie, la conception d’une gestion « intelligente » de l’énergie impliquent la société et un fonctionnement en réseau, plus solidaire.

La transition énergétique est une simple étape, mais nécessaire pour passer à une société plus économe grâce à la rénovation des logements et de l'aide financière importante apportée par les pouvoirs publics.

Cette notion désigne le passage du système énergétique actuel utilisant des ressources non renouvelables vers un bouquet énergétique basé principalement sur des ressources renouvelables. Question : ceci ne serait-il possible que par le remplacement progressif des combustibles fossiles et des matières radioactives par des sources d'énergies renouvelables ou par la sobriété et la décroissance ?

Comment assurer cette transition ?

Quels sont les enjeux de la transition énergétique ?

La transition énergétique est une étape pour passer de la société de consommation que nous connaissons avec une consommation sans limites de pétrole et d'énergies fossiles à une société plus sobre et simplement plus respectueuse de l'environnement sans pouvoir encore utiliser le terme écologique.

La transition énergétique permet la croissance verte grâce à la rénovation des bâtiments et au principe d'éco-conditionalité plus vertueux pour l'environnement. Le photovoltaïque fait partie des énergies renouvelables les plus intéressantes même si la France rencontre des difficultés pour développer cette filière.

Les 3 piliers de la transition énergétique

Ils reposent sur :

  1. L'économie d'énergie par des changements de comportement et d’organisation de la société (exemples : extinction d'une lampe lorsque l'on quitte une pièce, mise à l'arrêt des veilles des appareils électriques notamment la nuit et pour les collectivités limitation du temps d'allumage des enseignes lumineuses et éclairages publics, etc.). Les appareils en veille en France coûtent chaque année 2 milliards d’euros.
  2. L'économie d'énergie par l'usage d'appareils performants (pour un même service, moins d’énergie consommée). Cette consommation rationnelle et plus efficace permet des économies considérables (exemple : lampes basse consommation, chaudières hybrides, pompes à chaleur, etc.).
  3. L'utilisation d'énergies renouvelables et durables (exemple : des panneaux photovoltaïques alimentent une maison en électricité auto consommée).

Les énergies renouvelables

Peuvent-elles remplacer les énergies fossiles et nucléaires ?

Oui, à l’horizon 2050, mais avec une pollution énorme des énergies vertes (les énergies renouvelables sont responsables de 53% des gaz à effet de serre). Des études belges ont démontré qu’un approvisionnement énergétique basé presque exclusivement sur le renouvelable est possible, mais nécessitait 3 conditions :

  • Diminuer la demande et donc de consommer moins sans diminuer le confort (une box internet qui est éteinte la nuit avec un simple programmateur n'est pas une contrainte ni une frustration, mais une économie réelle de plusieurs dizaines d'euros annuels). Ces économies peuvent être réalisées sans hypothéquer les activités économiques et industrielles.
  • La transition énergétique a besoin d'un cadre clair et des objectifs à long terme afin de donner aux investisseurs un cadre « prévisible » sur le long terme.
  • Les investissements dans les énergies renouvelables peuvent sembler à priori importants, mais seraient rentables lorsque l'on prend en compte uniquement les « coûts évités ».
  • Les coûts non évités sont liés aux problèmes de santé, aux dommages dus à la dégradation de l'environnement et aux émissions de gaz à effet de serre.

La France possède suffisamment de toitures bien exposées sans qu'il soit nécessaire de multiplier les centrales au sol. Laissons les terres agricoles aux agriculteurs pour atteindre les objectifs de production d'électricité d'origine solaire : il y a assez de place sur les toitures des fermes, des entreprises et des logements des populations.



Recherche de mots clefs dans les articles

32 articles