Règles d'implantation des conduits d'évacuation gaz brûlés

Temps de lecture: 6 min , Dernière mise à jour: 03/10/2023
Voir les articles de même catégorie:
Normes énergie, chauffage, habitation > Gaz normes

L’arrêté du 22 octobre 1969 relatif aux conduits de fumée donne les indications pour tous les combustibles à tirage naturel. AG.8, 241 et AG 11,35. 1. Pour une toiture dont la pente est au moins égale à 15 °, la hauteur du débouché doit dépasser le faitage de 40 cm (au-dessus de toute construction distante de moins de 8 mètres). La norme NF DTU 24.1 a été aménagée en octobre 2020, elle comporte des modifications


Les dévoiements

Dans une habitation, un conduit d'évacuation des fumées peut-il admettre des dévoiements ?

Ci-dessous, schéma d'installation d'un tuyau d'évacuation de gaz brulés pour une chaudière à gaz classique. Doc Picbleu

Norme NF DTU 24.1

Quelles sont les normes en vigueur depuis février 2006 et ses amendements de 2011 et 2012 pour les tuyaux d'évacuation de fumées ?

Concernant les installations de gaz, la NF DTU 24.1* précise qu’un conduit de fumée individuel peut admettre des dévoiements, et ce, sous certaines conditions :

  •  Ne pas comporter plus de deux dévoiements (c’est-à-dire plus d’une partie non verticale).
  •  L’angle de ces dévoiements ne doit pas excéder 45 ° avec la verticale.
  •  Les reprises de descente de charge doivent être prévues en fonction des matériaux.
  •  La hauteur entre les deux dévoiements est limitée à 5 mètres.
  •  La section des conduits doit être constante et sans discontinuité au droit des dévoiements.
  •  Le conduit doit être parfaitement étanche afin que les fumées et les gaz ne puissent pas pénétrer à l'intérieur des locaux à usage d'habitation.
  •  Il est absolument interdit de raccorder deux appareils à combustion sur le même conduit.
     

Définition : un dévoiement est une déviation ou une portion oblique d’un conduit de fumée. Le conduit qui évacue les fumées et les gaz vers l’extérieur doit être le plus droit possible. Généralement, il ne doit pas dépasser 20° par rapport à la verticale pour les conduits traditionnels, mais concernant les conduits métalliques isolés à paroi intérieure lisse (type marque Poujoulat) ces tuyaux d'évacuations de gaz brulés peuvent accepter un dévoiement à 45 ° sur 5 mètres.

*Extrait de la NF DTU 24.1 P1

  • 5.4 Prescriptions générales
  • 5.4.1 Géométrie des conduits de fumée
  • 5.4.1.2 Tracé
  • 5.4.1.2.1 Généralités

Les conduits de fumée doivent être d’allure verticale. Toutefois, des dévoiements peuvent être admis dans les conditions ci-après.

Aménagement Norme NF DTU 24.1

Une nouvelle version du DTU 24.1 publiée en octobre 2020 annule et remplace la version précédente de février 2006 et ses amendements de 2011 et 2012.

5.4.1.2.2 Conduits individuels

Pour les conduits de fumée individuels, les dévoiements ne sont autorisés que dans les conditions suivantes :

— Un conduit de fumée ne doit pas comporter plus de deux dévoiements (c’est-à-dire plus d’une partie non verticale), l’angle de ces dévoiements ne doit pas excéder 45°avec la verticale.

NOTE : La limite de 45° est fixée pour résoudre les points suivants :

  •  reprise de charge.
  •  possibilité de ramonage.
  •  réalisation des joints.
  •  pertes de charge aérauliques.
  •  les reprises de descente de charge doivent être prévues en fonction des matériaux.
  •  la hauteur entre les deux dévoiements est limitée à 5 mètres.
  •  la section des conduits doit être constante et sans discontinuité au droit des dévoiements.

Un débouché de conduit de fumées doit dépasser le faîtage de 40 centimètres. Photo Picbleu

umee-combustion-bois-sortie-cheminee-toit-

Ecart à respecter

Quel est l'écart à respecter entre le conduit de gaz brûlés et les matériaux à proximité ?

Il faut respecter un écart appelé « écart de feu » entre les conduits et les matériaux à proximité qui sont de :

  •  16 cm pour le bois de charpente.
  •  5 cm pour certains conduits isolés.
  •  7 cm pour les bois de menuiserie.

Rappelons également à toutes fins utiles qu'un ramonage manuel est obligatoire deux fois par an, dont une fois en période d'utilisation pour le bois et 1 fois par an pour les autres combustibles (fioul, gaz, etc.).

Règles de conception

Quelles sont les règles dans un immeuble équipé d'appareils à gaz et de ventilation mécanique contrôlée ?

Cas des conduits individuels avec des appareils à gaz autres que ceux mentionnés au b).

NOTE : le paragraphe 9,412 du cahier des charges de la norme NF P 45-204 (Référence DTU 61.1) s'applique :

  1. Lorsqu'un immeuble est équipé d'une installation de ventilation mécanique non prévue pour l'extraction mécanique des produits de la combustion des générateurs à gaz, le raccordement de ceux-ci sur l'installation est interdit.
  2. Lorsqu'un immeuble est équipé d'une VMC - Gaz (qui assure simultanément l'extraction mécanique des produits de la combustion des générateurs à gaz, et la ventilation mécanique des logements), les appareils à gaz raccordés placés à l'intérieur des logements sont normalement raccordés à cette installation.
  3. Pour les autres cas, on doit s'assurer que la dépression créée dans le logement par l'évacuation mécanique de l'air ne puisse entraîner le refoulement des produits de combustion.

Les configurations admises sont les suivantes :

  •  Les appareils étanches à gaz peuvent coexister avec une installation de ventilation mécanique contrôlée (VMC).
  •  Les appareils non étanches à gaz raccordés à un conduit de fumée à tirage naturel peuvent coexister avec une installation de ventilation mécanique contrôlée (VMC) si l'appareil est situé dans un local séparé par une porte non perméable des locaux ventilés par VMC et muni d'une entrée d'air.

L'aide de Picbleu

La responsabilité de Picbleu est limitée au cadre strict du présent rapport et ne saurait être engagée pour tout préjudice, corporel ou matériel causé par  suite d’omission, de négligence, d’erreur, de manquement à une loi ou un règlement ou à l’inobservation des prescriptions éditées par le constructeur. De la même façon, Picbleu ne saurait être tenu pour responsable de tout défaut ou dysfonctionnement inhérent aux matériels et/ou systèmes implantés ainsi qu’à leurs performances économiques et/ou énergétiques.



Recherche de mots clefs dans les articles

25 articles