Isolation de la maison, murs, fenêtres ITE, sols, combles et toit

Temps de lecture: 7 min , Dernière mise à jour: 19/02/2024
Voir les articles de même catégorie:
Immobilier et logement > Rénovation énergétique

Sommaire


Pour réduire sa facture de chauffage qui est le premier poste de consommation énergétique dans l'habitat ancien, le premier réflexe est de penser à changer d’énergie utilisée ou à remplacer des équipements anciens (laine de verre tassée, chaudière, fenêtre), mais l’investissement le plus rentable reste l’isolation thermique.

Isolation de la maison

Elle concerne murs, ITE, sols, combles, toit

La seule isolation des parois opaques ou vitrées permet un gain intéressant, l'association des travaux de ventilation mécanique, de changement de fenêtres et occultations, de changement de chaudière permet de diviser par deux les consommations d’énergie afin de réduire l’essentiel des pertes de chaleur, source de consommation d’énergie, avec une amélioration notable du confort.

Le schéma ci-dessous permet de visualiser les déperditions moyennes d’une habitation ancienne classique mal isolée qui devra bénéficier des aides destinées à l'éco-rénovation.

déperditions-thermiques-logement-mal-isolé-construit-avant-1974

Le toit point sensible

Selon l'ADEME, en toute logique les déperditions de chaleur dans une habitation représentent jusqu’à 30 %, la chaleur s'évacue par le haut. La toiture mal isolée devient la principale responsable des surconsommations de chauffage.

L’isolation de la toiture ou des combles représentent le chantier à privilégier en premier dans un projet de rénovation car son retour sur investissement est rapidement amorti. Tous les travaux d'isolation thermique de la toiture feront réduire de façon significative votre facture énergétique et amélioreront également le confort phonique.

Pour isoler une toiture, 3 techniques sont envisageables :

  • L’isolation par le sol des planchers (par soufflage)
  • L’isolation sous toiture des rampants* (entre solives)
  • L’isolation par l’extérieur (sarking).

* Il est également possible de renforcer les plafonds en les isolant thermiquement et acoustiquement, comme solution alternative à l’isolation sous-toiture.

Par où commencer pour isoler efficacement ?

Parmi les travaux prioritaires, l’isolation du toit ou des combles perdus est une priorité facile à mettre en œuvre.
Les professionnels de l'isolation RGE sont les seuls habilités à effectuer des travaux bénéficiant des aides de l'Etat (écoconditionnalité).

Le toit

Une source de déperditions en hiver et un énorme radiateur en été , le toit étant exposé à la chaleur directe du soleil. La température sous les tuiles atteignent 70 ou 80 degrés en période estivale.

Les combles chauds

Le plus difficile à isoler les combles chauds (la forme du toit est visible dans la pièce), car les rampants n'ont pas une épaisseur suffisante surtout pour contrer la chaleur estivale.

Coupe-charpente-isolant-rampant-aménagé

Les combles perdus

Ils ont fait l'objet de convoitise, car ce sont les parties les plus facile à isoler. Malheureusement avec le cauchemar de l'isolation à 1 euro, seulement 5 % des logements isolés ont changé d'étiquette énergétique pendant les années 2020-2021.Fort heureusement, les pouvoirs publics ont mis fin à un système de détournement de fonds.

A la différence des combles chauds à droite sur le schéma, les combles perdus permettent de poser une épaisseur importante d'isolant thermique.

isolation-de-toit-combles-perdus-combles-chauds

L'isolation des parois opaques

Les parois correspondent aux murs, aux planchers et aux plafonds d'un bâtiment maison.
Selon l’ADEME 20 à 25 % des déperditions de chaleur proviennent des murs (parois verticales) et 7 à 10 % proviennent du plancher bas (parois horizontales). Ces éléments constituant le bâti assurent l’équilibre thermique de votre maison et représentent un facteur important de surconsommation énergétique s’ils sont mal isolés.

Murs, planchers et plafonds

Deux solutions existent pour les murs : une isolation intérieure ou extérieure.

Les parois correspondent aux murs, aux planchers et aux plafonds d'un bâtiment maison. Selon l’ADEME 20 à 25 % des déperditions de chaleur proviennent des murs (parois verticales) et 7 à 10 % proviennent du plancher bas (parois horizontales). Ces éléments constituant le bâti assurent l’équilibre thermique de votre maison et représentent un facteur important de surconsommation énergétique s’ils sont mal isolés.

L'isolation intérieure

L'isolation intérieure est la moins coûteuse, mais fait perdre de la surface habitable.

L'isolation intérieure est effectuée sur les parois en appliquant un isolant aux performances adaptées au type de mur et éventuellement complétée par un frein-vapeur pour limiter les risques de condensation dans les murs. L’isolant participera à l’isolation phonique de la maison et permettra de conserver la fraîcheur à l’intérieur de celle-ci durant les périodes estivales. Sa pose nécessite cependant un traitement spécifique en fonction du type de matériau, il faut éviter tout type d'isolant parfaitement étanche à l'eau. Cette technique d'isolation par l'intérieur est à éviter si l’espace disponible est trop faible (pièces exiguës ou comportant de nombreux éléments type radiateurs, placards encastrés, etc.).

isolation-thermique-par-extérieur-résidence-principale

L'isolation des parois par l'extérieur (murs)

La deuxième solution qui existe pour les murs : l'isolation extérieure. L'isolation par l’extérieur (ITE) plus coûteuse permet de traiter correctement les ponts thermiques

L'isolation par l’extérieur (ITE) est une technique à privilégier si le ravalement est ancien et en mauvais état. La technique utilisée consiste à appliquer une couche d’isolant ou un parement par l’extérieur afin de limiter les agressions climatiques et physiques et améliorer l'enveloppe thermique du bâtiment.
L'isolation par l’extérieur est particulièrement performante et apporte une valorisation esthétique au bâtiment. Plus coûteuse que l'isolation par l'intérieur, elle permet de traiter efficacement les ponts thermiques.

Le changement des fenêtres et portes (huisseries)

Le changement des fenêtres réduit le niveau sonore ainsi que l’effet de paroi froide mais ne réduit les consommations que de 10 % à 15 % (source ADEME) contrairement à l’isolation des combles et des murs par l'intérieur plus efficace en temps de retour sur investissement dont l'amortissement est plus rapide (7 ans pour des combles).
Les fenêtres et fermetures sont réparties dans les différentes pièces de la maison, les occupants bénéficient des apports de lumière. Des huisseries anciennes peuvent provoquer jusqu’à 15 % des déperditions de chaleur, c'est également un poste d'économie d'énergie dont le temps de retour par rapport à l'investissement est plus long. D'un point de vue confort et bien-être, les infiltrations d’air dans les huisseries et le mauvais vitrage rendent les fenêtres peu efficaces en termes thermiques : elles ne doivent toutefois pas être négligées. Leur changement réduit la note de chauffage.

Il existe différents matériaux (du moins cher au plus cher) :

  • La fenêtre PVC, en entrée de gamme (le moins cher)
  • La fenêtre Alu, (aluminium) pour sa qualité et sa quantité de coloris
  • La fenêtre Bois, un matériau noble et renouvelable
  • La fenêtre en bois et alu, l’alliance de matériaux la plus efficace en termes de solidité et d'efficacité thermique.

Conseil : Le choix des fenêtres équipées de verres en triple vitrage est judicieux pour des fenêtres exposées au nord. Le double vitrage sera nécessaire et suffisant pour les autres pièces de la maison.

7 raisons d'agir pour améliorer le logement

Il existe 7 bonnes raisons d'agir pour améliorer l'efficacité énergétique, changer sa chaudière, poser des fenêtres à double vitrage, isoler les murs et la toiture font partie des travaux importants d'amélioration de votre logement. Cette démarche éco responsable est primordiale pour votre avenir :



Recherche de mots clefs dans les articles

7 articles

Fin des articles