Le greenwashing écoblanchiment et lavage de cerveau vert

Temps de lecture: 10 min , Dernière mise à jour: 04/05/2024
Voir les articles de même catégorie:
Finances et économie > Argent et finances

Sommaire


Le greenwashing consiste à verdir l’image d’un produit, d’une entreprise, en donnant une image vertueuse sans pour autant proposer un service durable. Il s'agit de communication sans actes. Le greenwashing est un acte de tromperie des consommateurs concernant des pratiques environnementales ou les avantages environnementaux d'un produit ou d'un service qui sont annoncés mais non réalisés en pratique par une entreprise .

réflexion-logique-bon-sens

La désinformation sur internet


Elle est parfaitement et sciemment organisée.

À l'heure actuelle, nous vivons une époque formidable : les fabricants d'automobiles sont « écolos », l'électricien français est « écolo », tous les partis politiques sont « écolos », bref, pour vendre, il faut être « écolo ». Mais une voiture à moteur pollue (même une voiture électrique), la consommation d’énergie pollue, le bois énergie que l'on brûle pollue également, car malheureusement, il n'est ni écologique ni renouvelable, l’énergie nucléaire non plus, elle pollue insidieusement et lors des pointes de consommation hivernales, l'électricité est produite à partir d’énergie fossile (pétrole, gaz) et tout produit ou activité humaine ont un impact sur l'environnement pour le rejet de CO2 (dioxyde de carbone).

les moutons de panurge

Or, on a réduit le changement climatique aux émissions de gaz à effet de serre qui ne sont que le résultat de la main mise de certaines minorités sur les ressources de la planète. Les populations beaucoup plus nombreuses agissent comme consommateurs en fonction des informations répétées dans les médias. L'accaparement des terres agricoles n'est qu'un exemple parmi des milliers.

« Mieux vaut voir de ses yeux qu'être informé par autrui » (proverbe touareg).

le-greenwashing-lave-surtout-les-cerveaux

Qu'est-ce que le greenwashing ?

L'origine du terme greenwashing provient de l'anglais par contraction des mots green (vert) et whitewash (littéralement blanchir à la chaux). Il illustrait parfaitement un article paru en mars 1991 dans la revue Mother Jones, avec un clin d'œil à « brainwashing » qui signifie « lavage de cerveau ». Il est couramment employé depuis le début des années 1990.

Le « greenwashing » ou « le lavage plus vert que vert » consiste à attribuer à un produit ou à un service des qualités environnementales qu’il n’est objectivement pas capable de tenir, le greenwashing lave plus efficacement les cerveaux que l'environnement. Le terme Greenwashing est utilisé pour désigner un procédé cynique de marketing utilisé par une organisation (entreprise, gouvernement, etc.) dans le but de donner à l'opinion publique une image écologique responsable, alors que contrairement aux affirmations beaucoup plus d'argent a été investi en publicité verte qu'en de réelles actions en faveur de l'environnement. Le niveau d'engagement sincère des entreprises n'est pas toujours proportionnel au niveau de leur communication.

Le greenwashing, écoblanchiment, ou blanchiment écologique est une méthode ou un procédé de marketing utilisé par une entreprise, un gouvernement, une organisation, une association dans le but de donner à l'opinion publique une image écologique responsable. En réalité, le seul investissement qui a été fait est dans la publicité dite « verte » et non pas dans des actions concrètes en faveur de l'environnement.

Exemple de greenwashing : les biocarburants pas aussi écologiques que les multinationales le disent

« Greta bashing » et « greenwashing »

Greta Thunberg est une jeune fille qui est une militante pro-climat qui utilise son image pour indiquer son indignation face à la société de consommation, ses dérives et son action agressive sur la planète de plus en plus polluée. Peu importe si les opposants l'accusent d'être instrumentalisée ou d'utiliser un langage féministe ou de s'allier à d'autres filles ultra féministes. Le but est de stopper l'empreinte et la prédation de l'homme sur les ressources terrestres.

Avec parfois une certaine maladresse (qui s'excuse s'accuse), elle écrit : (je cite) « Beaucoup de gens aiment répandre des rumeurs disant que je suis payée — utilisée — pour faire ce que je fais. Mais il n’y a personne derrière moi, sauf moi-même ».

C'est à chacun de nous de volontairement limiter ses achats afin d'avoir une empreinte la plus faible possible. Il ne faut pas s'attendre à ce que les groupes industriels ou financiers limitent eux-mêmes leur activité : c'est au consommateur de leur donner des limites. Exemple concret : les actionnaires de Monsanto ont refusé des crédits pour le désherbant toxique glyphosate qui ne se vend plus.
Il est utile de critiquer votre manière de consommer

  • Trouver des alternatives
  • Changer ses habitudes de consommation
  • Évaluer vos besoins réels
  • La frugalité permet de travailler moins pour vivre plus.

Il est vain de suivre la publicité qui vous conseille d'acheter des objets, des voitures, des voyages, etc. Aucun lobbying ne vous conseille d'acheter du temps or lorsque vous n'achetez pas vous économisez de l'argent et donc vous économisez du temps. Les personnes qui ont des grands besoins : grands logements, grosses voitures et SUV, grands voyages, etc. se plaignent de ne pas avoir de temps ! Elles passent leur temps à accumuler et ne profitent pas de ces objets matériels qui n'offrent pas le bonheur. Le présent est un présent.

Qu'est-ce que le coronawashing ?

Le « coronawashing » est une forme de lobbying à double discours.

La voiture électrique

C'est l'exemple type de nouveau produit « vert » créé par l'industrie automobile au bord de la faillite, car le marché mondial saturé de 1.4 milliards de véhicules ne savait plus quoi imaginer après le suréquipement (radars, ordinateurs, caméras, etc.). La Chine possède le monopole des terres rares et les constructeurs mondiaux américains, Allemands, Français font fabriquer leurs véhicules par les chinois en espérant leur vendre une partie de leur production. Ce sont 400000 voitures qui se vendront par an en Europe. N.B. La fabrication des voitures électriques exige beaucoup plus de ressources que leurs homologues thermiques. Se posera le problème de la recharge des batteries. Imaginez les milliers de vacanciers Parisiens en été se déplaçant vers les plages du sud et s’arrêtant aux stations services pour la recharge qui durera quelques heures (30 minutes pour les plus équipés). Des bouchons en perspective.

La voiture électrique présentée comme verte est la dernière trouvaille polluante de l'industrie automobile pour sauver un marché qui ne vends plus : le marché étant saturé.

Voiture électrique

Les publicitaires et industriels


Les publicitaires jouent avec l'aspect écolo d'un produit et mettent l’accent sur une caractéristique d’un produit qui présente un aspect naturel afin de laisser penser que tout le produit est vert Cette technique de greenwashing joue sur la psychologie, les faiblesses, la fascination pour les mots et la naïveté des consommateurs. Quelques slogans utilisés par certaines entreprises commencent par exemple avec les termes « ensemble », « contribuons », etc. à nous faire engranger des dividendes.

Le greenwashing consiste à verdir l’image d’un produit, d’une entreprise, en donnant une image vertueuse sans pour autant proposer un service durable. Il s'agit de communication sans actes.

Ces dernières années, un développement de la communication verte s'est développé, opérant à un « relifting » dans certains secteurs en crise. Certaines solutions techniques innovantes et durables n’arrivent pas à émerger, faute de compétences et de moyens. Le greenwashing a été créé pour générer plus de profits tout en conservant les mêmes méthodes et les mêmes technologies.

Sur le WEB, certaines associations d'industriels « des industriels mobilisés pour alerter l'opinion sur le danger des émissions de CO2 », au nom évocateur type « protégeons la planète », « isolons la planète », « isolons notre terre », « isolons quelque chose », « solidarité » etc., ne sont en fait que des sociétés qui veulent donner une image vertueuse sous forme d'association.org, mais les produits (matières isolantes, etc.), qu'elles proposent sont très éloignés du discours : un exemple même de greenwashing et de cynisme, donc des marques polluantes à éviter soigneusement. À la notion de Greenwashing est opposée celle de publicité éthique qui a elle aussi parfois des dérives.

Publicité et développement durable

Pourcentage d'entreprises ayant déclaré des actions en faveur du développement durable : 70 % des 250 premières entreprises françaises cotées déclarent avoir entrepris une démarche en faveur du développement durable.
+ de 7.5 millions de sites internet référencés traitent du développement durable !. Source : L'Entreprise verte, d'Élisabeth Laville (Éditions Village Mondial)

Publicité et greenwashing

La publicité et le greenwashing : le lavage plus vert que vert consiste à attribuer a un produit ou service des qualités environnementales qu’il n’est objectivement pas capable de tenir, le terme vert lave plus efficacement les cerveaux que l'environnement. Photo Picbleu ®

Le développement durable est « un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». Le développement durable repose sur trois piliers : environnemental, social et économique qui devraient être étroitement liés (définition proposée en 1987 par la Commission mondiale sur l'environnement et le développement dans le rapport Brundtland).

L'origine du greenwashing

L'origine du terme green-washing provient de l'anglais par contraction des mots green, vert et white Wash, littéralement blanchir à la chaux. Voir article consacré à la publicité verte.

Une information ambiguë donnée par une entreprise dont la signification réelle est susceptible d'être mal comprise par le consommateur. « Produit naturel » en est un parfait exemple. Le formaldéhyde, l'aluminium, l'arsenic, l'uranium, le mercure et le curare sont tous d'origine naturelle, mais sont tous extrêmement toxiques. « Tout naturel» n'est donc pas forcément « vert ».

Pourquoi faut-il le combattre ?

Pourquoi est-ce si important de stigmatiser les entreprises qui ont recours à cette pratique ?

  • Parce que ces entreprises qui utilisent le greenwashing induisent le consommateur en erreur.
  • En termes juridiques, ces procédés de greenwashing pourraient être qualifiés de publicités mensongères.
  • Parce que ces pratiques sont déloyales : elles peuvent faire perdre des parts de marchés aux entreprises œuvrant réellement dans le développement durable.
  • Parce que ces pratiques illégitimes limitent l’innovation écologique dans les marchés.

Le détecter et le reconnaître

  • Le mensonge
  • Le compromis caché
  • L'imprécision et le non-dit
  • La non pertinence
  • La fausse pertinence
  • L'absence de preuve.

Source intéressante : le site d'une ONG anglo-saxonne sur les péchés du greenwashing (traduction du terme sins):
https://greenbusinessbureau.com/green-practices/the-seven-sins-of-greenwashing/

Le principal enjeu : l'environnement

Le principal enjeu est d'assurer un développement durable.

Pour y parvenir, il faut proposer un grand éventail de solutions et diversifier notre bouquet énergétique. Picbleu, grâce à la richesse de son site, vous informe et vous donne une mine d’informations claires, pratiques, neutres, éclairées et impartiales sur tous les thèmes du bâtiment et toutes les solutions énergétiques de l'habitat préservant votre confort, votre santé, vos finances et notre planète.

En matière énergétique par exemple, en France, le secteur du bâtiment représente 21 % des émissions de CO2 et environ 43 à 46 % de la consommation d'énergie finale c'est donc avec le transport l'un des principaux secteurs d'émissions de gaz à effet de serre.

Le conseil de Picbleu : gardez les yeux ouverts

Tous les jours, sur tous les supports de communication (télévision, presse régionale, presse locale, internet, radio, magazines...sans exception), des milliers de messages prônent les bienfaits du développement durable. Or, bien souvent, seule la dimension écologique est évoquée, au détriment des autres aspects primordiaux et liés : l'aspect social et économique.

gardez l'œil ouvert

Gardez l'esprit critique.



Recherche de mots clefs dans les articles

15 articles
Dernière mise à jour le 04/05 à 10:10

Le coronawashing est une mue du greenwashing

Dernière mise à jour le 03/10 à 08:55

Baisse du prix du carburant un signe fort pour polluer plus

Dernière mise à jour le 03/10 à 08:08

Hausse du prix de l'électricité et gaz Causes et solutions

Dernière mise à jour le 24/03 à 08:01

Isolez en priorité Argent et chaleur s'échappent par le toit

Dernière mise à jour le 03/10 à 03:33

Réfléchissez avant tout achat : ce produit est-il utile ?

1491 vues

Dernière mise à jour le 03/10 à 09:02

La dette est un moyen d'action politique pour contraindre

1578 vues

Dernière mise à jour le 04/03 à 10:52

A combien d'euros-mois un Français est-il considéré comme riche

2721 vues

Dernière mise à jour le 07/02 à 23:36

Quels sont les changements de la loi consommation Hamon ?

2994 vues

Dernière mise à jour le 25/09 à 13:52

Courbe cotation de l'euro depuis 2008 pouvoir d'achat

3120 vues

Dernière mise à jour le 03/10 à 06:43

L'avis de Vauban Il faut s'adresser à des professionnels sérieux

4504 vues

Dernière mise à jour le 03/10 à 06:36

Dîme royale : un impôt plus juste et mieux réparti

5334 vues

Dernière mise à jour le 03/10 à 05:55

Astuces pour économiser l'eau potable et réduire sa facture

5975 vues

Dernière mise à jour le 07/04 à 08:07

L'homme est-il devenu le pire ennemi de la planète Terre ?

7229 vues

Dernière mise à jour le 04/05 à 09:46

Le greenwashing écoblanchiment et lavage de cerveau vert

8047 vues

Dernière mise à jour le 21/04 à 09:51

Niveau de vie moyen par déciles de revenus 9 et 10

39421 vues


Fin des articles