Questions sur les panneaux thermiques solaires source d'économie

Temps de lecture: 6 min , Dernière mise à jour: 20/02/2024
Voir les articles de même catégorie:
Energies alternatives ou renouvelables > Solaire thermique

Sommaire


Plusieurs types de chauffe-eau solaires fonctionnent suivant des principes et des conceptions différents, certains ne sont pas adaptés au climat français, car les températures négatives peuvent faire geler l’installation. Il est primordial de choisir un système conçu pour utiliser un fluide antigel afin de transporter la chaleur des capteurs jusqu'au ballon de stockage. L'eau sanitaire est chauffée ensuite par l'intermédiaire d'un échangeur de chaleur à l'intérieur du ballon.

3 systèmes solaires

Le titre de cet article indique "panneaux thermiques", car le grand public ignore le terme "capteur thermique" qui doit s'employer lorsqu'il s'agit d'exploiter la chaleur radiative du soleil. Le panneau désigne le photovoltaïque qui produit de l'électricité avec les photons issus du rayonnement solaire. Les 2 termes sont codifiés par le comité européen de normalisation qui a repris la norme EN ISO 9488.

Il existe 3 systèmes différents : le chauffe-eau avec pompe et régulation, le thermosiphon et le monobloc.

Le chauffe-eau solaire à éléments séparés avec pompe et régulation

  • Ce type de chauffe-eau solaire à circulation mécanique est adapté à toutes les différentes configurations.
  • Le ballon peut être installé dans une cave ou éloigné des capteurs.
  • Il est équipé d’une pompe qui assure le transfert de la chaleur des capteurs au ballon et d’un système de régulation électronique pour mettre en marche et arrêter la pompe aux moments opportuns.
  • Tous les fabricants proposent un groupe de transfert qui regroupe tous ces équipements connexes.

Sur ce toit d'un particulier 2 capteurs solaires appelés CESI (Chauffe-Eau Solaire Individuel). Un dispositif de captage de l'énergie provenant du soleil destiné à fournir partiellement ou totalement de l'ECS (Eau Chaude Sanitaire).

capteurs-solaires-toit-habitation-particuliers

Le chauffe-eau solaire à « thermosiphon » à éléments séparés

  • La circulation de la chaleur passe des capteurs au ballon sans pompe ou autre dispositif, grâce aux différences de température.
  • Le ballon doit impérativement être placé plus haut que les capteurs et les circuits hydrauliques doivent être installés dans les règles de l'art afin de faciliter la thermocirculation.
  • Le fonctionnement de ce type de chauffe-eau solaire est simple et les risques de pannes sont faibles.
  • Les coûts sont restreints et les performances dans les régions ensoleillées sont excellentes (Sud et Corse).

Le chauffe-eau solaire « monobloc »

  • Le capteur et le ballon sont intégrés.
  • Son fonctionnement est autonome et son installation très simple : il suffit de brancher l'alimentation de l'eau froide et connecter le départ de l'eau chaude au réseau existant.
  • C'est le chauffe-eau solaire le moins cher la raison pour laquelle un grand nombre sont utilisés à travers le monde.
  • Les inconvénients sont dus au ballon qui reste exposé aux intempéries avec les capteurs : les pertes thermiques peuvent être importantes.
  • Son intégration architecturale est plus difficile.
  • En France métropolitaine, il est réservé à un usage en été, car les risques de gel sont réels.

Les aides de l’état pour les capteurs solaires

Afin de diminuer notre dépendance aux énergies fossiles, les pouvoirs publics proposent des aides sur l'installation.

  • Quel sera le délai pour amortir mon installation de capteurs solaires ? Les aides actuelles, assorties d’un plan de financement, vont vous permettre d’autofinancer votre installation compte tenu du fait que toutes les énergies vont être amenées à augmenter dans les prochaines années.
  • De quoi se compose une installation solaire ? D’un ballon de 200 à 400 litres contenant l’eau chaude sanitaire destinée à la douche et aux besoins sanitaires et 2 ou 3 panneaux suivant les besoins. Il est indispensable de s’adresser à un professionnel spécialisé qui possède l’expertise, les habilitations pour l’hydraulique et qui a l’habitude de poser du solaire qui demande beaucoup de compétences.
  • Quelle est la durée de vie d’une installation solaire ? Les matériels proposés d’origine européenne bénéficient du label CSTB. La durée moyenne d’une installation solaire est d’environ 25 à 30 ans.
  • Quel matériel solaire choisir ? Il est obligatoire d’orienter votre choix vers un matériel agréé CSTB afin de bénéficier des meilleures garanties. L’agrément CSTB ouvre droit aux aides Maprimrénov. Il faut que les spécialistes posant du matériel bénéficient de l’agrément QUALISOL.
  • Le solaire, est-ce vraiment écologique à 100 % ? Oui et non. Comme tout matériel ou équipement, toute fabrication demande de l’énergie et des matières premières, elle a donc un impact sur la planète (empreinte écologique), mais plus limité (uniquement acier et verre) que les énergies dites renouvelables très destructrices de la nature. Mais, par la suite, une installation solaire thermique devient non polluante et n’émet pas de rejets dans l’environnement.
  • Pourquoi les énergies renouvelables sont polluantes ? en raison des matériaux (métaux et terres rares) que l'on extrait du sol à grand renfort de pétrole et d'eau.
  • Peut-on faire le SAV soi-même ? Vous pouvez entretenir votre installation vous-même pour le nettoyage des capteurs (poussière, pollution atmosphérique, mousse) ou faire appel à l’entreprise qui a posé le système si celui-ci en hauteur (il faudra utiliser une nacelle).
  • Les capteurs produisent ils tout le temps ? Oui, une grande partie. Même par jour relativement clair, les capteurs solaires absorbent les calories pour préchauffer l'eau sanitaire. Par contre, la nuit, par ciel très nuageux et par temps de pluie les capteurs ne fonctionnent pas. En moyenne, une installation solaire assure de 60 à 80 % de l’énergie nécessaire à la production d’eau chaude sanitaire.

Conclusion sur les capteurs

Dès l’installation, la chaleur gratuite dégagée par les rayons du soleil réchauffe les panneaux vitrés du chauffe-eau solaire et vous économisez entre 60 et 80 % sur votre budget énergie (gaz, fioul, ballon électrique, pompe à chaleur) destinée à votre production d’eau chaude sanitaire.
À ce titre, il est très judicieux et économique de brancher le lave-linge et le lave-vaisselle directement sur l’eau chaude produite par le soleil, ces deux appareils étant très gourmands en énergie (à condition que ces 2 appareils soient équipés d'une double électrovanne automatique choisissant l'arrivée d'eau chaude ou d'eau froide en fonction du programme de lavage).

En vous équipant, vous réalisez de vraies économies, vous économisez les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz, uranium) y compris les énergies désignées bas carbone (bois, éolien, photovoltaïque) vous contribuez à la diminution de l’effet de serre tout en préservant la couche d’ozone.



Recherche de mots clefs dans les articles

25 articles