Butagaz se réorganise après sa vente par Shell (pétrole)

Temps de lecture: 5 min , Dernière mise à jour: 20/01/2024
Voir les articles de même catégorie:
Fournisseurs d'énergie et gaz > Butagaz

Sommaire


La société Royal Dutch Shell, dont le siège social est situé à La Haye, est enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles. Le groupe Shell est coté sur les places de Londres, d'Amsterdam et de New York. La filiale gaz Butagaz qui a toujours appartenu à SHELL a été vendue à une multinationale DCC énergy qui avait raté le rachat de Totalgaz propriété de Total qui avait préféré vendre son activité gazière à un autre groupe américain UGI.
​​

Le groupe anglo-néerlandais Shell

Les sociétés du groupe Shell sont implantées dans plus de 70 pays et territoires à travers le monde. Elles opèrent dans les secteurs de la production et de l'exploration pétrolière et gazière, de la production et de la commercialisation de gaz naturel liquéfié, de la fabrication et de la commercialisation et du transport de produits pétroliers et chimiques.

Shell se diversifie en participant à des projets d'énergies renouvelables.

Shell a réalisé 31 milliards de dollars de bénéfices en 2008. Pour augmenter sa rentabilité, en 2009, Shell avait vendu 240 stations-service sur 340 en France. Le centre de recherche de Shell en France, totalisant 82 postes et installé à Petit-Couronne, en Normandie a été fermé, cette activité a été délocalisée aux Pays-Bas et en Inde. Dans un communiqué, le groupe Shell avait indiqué qu’il poursuivrait l’ensemble de ses autres activités en France notamment Shell Aviation ainsi qu'Avitair et les stations-services à la célèbre coquille Shell situées sur les grands axes et le réseau autoroutier français. Des stations rentables en raison du trafic routier et des marges importantes, le carburant étant vendu plus cher sur les autoroutes françaises.
  • Le 14 octobre 2011, les activités de Shell Gas au Benelux ont été reprises par Antargaz, une filiale du groupe américain également propriétaire d'Antargaz énergies anciennement Antargaz-Finagaz ex Totalgaz.

LE COURS DU BARIL DE PÉTROLE BAS METTAIT LES PÉTROLIERS DANS UNE SITUATION CRITIQUE

Conséquences des variations du pétrole

Avec la baisse du baril de pétrole, les résultats des majors pétrolières avaient chuté. Les superprofits des pétroliers c'était avant, désormais la situation était critique. La rémunération de leurs actionnaires érigée en principe absolu pour BP, Chevron, Exxon Mobil, Shell et Total avait entrainé une spirale négative.

Considérées comme des valeurs de rendement par la bourse, toutes les compagnies pétrolières sont toutefois recherchées pour leur capacité à maintenir leurs dividendes contre vents et marées, même lorsque l'activité est déficitaire. Ainsi, en 2014, les 5 plus grandes compagnies pétrolières ont contracté 20 milliards de dettes et cédé 30 milliards de dollars d'actifs pour contenter les actionnaires qui ont perçu 70 milliards.

  • L'anglo-néerlandais Royal Dutch Shell pour le troisième trimestre de 2015 affichait un déficit spectaculaire de 7.4 milliards de dollars. Une énorme perte trimestrielle, la plus spectaculaire depuis 10 ans. Ces mauvais résultats impactaient malheureusement les salariés de Shell. Les salariés en ont fait les frais : 1000 suppressions d'emploi supplémentaires s'étaient rajoutées aux 6500 licenciements en 2015.
  • Le patron de la compagnie pétrolière norvégienne Statoil avait déclaré au sujet des actionnaires : « le dividende est un élément qui ne doit pas fluctuer avec les prix du pétrole ». (Sources Bloomberg, sociétés 1/11/2015).

Depuis 2007, Butagaz avait entamé une refonte de sa distribution régionale et avait rapproché la R&D (Recherche et Développement) de la direction commerciale.

Le groupe irlandais DCC énergy

La multinationale DCC énergy est le nouveau propriétaire de l'ancien fleuron du groupe Shell

  • L'arrivée de nouveaux concurrents puissants, l'action en justice de certaines organisations va certainement décliner.
  • Butagaz devra relever plusieurs défis, car le marché du gaz propane en citerne est en déclin depuis plusieurs années en raison des pratiques de certaines sociétés gazières qui privilégient la rentabilité financière au détriment du service et des prix.
  • Dans cette profession, les petits détaillants tombent fréquemment en panne de livraison de bouteilles et les citernes de gaz des particuliers sont remplies avec une logique financière discutable dont les conséquences sont accentuées par période de grand froid.
  • Les réseaux commerciaux ont disparu, l'éloignement des sociétés gazières a brisé les liens amicaux et de proximité qui existaient dans le passé avec les revendeurs et les prescripteurs.

L'organisation de Butagaz

Butagaz possède encore sur le terrain des forces de vente qui visitent les clients et revendeurs, même si les « commerciaux assis » c'est-à-dire des téléopérateurs deviennent la norme chez un grand nombre de propaniers.

  • Selon Butagaz, le gaz de pétrole liquéfié (GPL) reste encore une énergie d’avenir sachant qu’elle pollue moins que le
  • 27000 communes rurales françaises ne sont pas desservies par le réseau de gaz naturel, ce marché représentait environ 16 millions de consommateurs potentiels ( 11 millions en 2023).

Les mandataires de Butagaz

Ci-dessous la carte des 4 distributeurs locaux restants (les mandataires qui étaient 65 ont tous été remerciés avec leurs employés). Ces 3 plaques sont chargées de distribuer le gaz en citerne et en bouteille en France pour ordre et pour compte de Butagaz qui détermine tous les choix (politique de prix, logistique, distribution, etc.).

  • Logigaz nord filiale de Butagaz couvre le nord est jusqu'au centre,
  • Gazarmor toute la façade atlantique jusqu'à la limite de la Gironde.
  • Proxigaz couvre le sud-est et le sud-ouest et enfin Socogaz couvre la Corse.
  • Voir les adresses et coordonnées téléphoniques des mandataires régionaux




Recherche de mots clefs dans les articles

42 articles