Comment connaître le niveau de pollution de sa région ?

Temps de lecture: 7 min , Dernière mise à jour: 03/10/2023
Voir les articles de même catégorie:
Environnement, climat et santé > Pollution de l'air

Vous respirez 5 à 8 litres d'air par minute au repos ! « On peut décider de boire de l'eau en bouteille (1) mais personne ne peut respirer une fois sur deux » a déclaré très justement Benoît Hartmann, le porte-parole de la FNE (France Nature Environnement).
Comment connaître le niveau de pollution de sa région ?


(1) Evitez toutefois les bouteilles en plastique qui ne sont pas sans danger. Parmi les produits entrant dans la fabrication des bouteilles en PET ou PETE, le polyéthylène téréphtalate est un produit chimique susceptible de relâcher du trioxyde d’antimoine. Si les propos rassurants des distributeurs ou fabricants indiquent qu'il n'y a pas de danger lorsque l'on utilise leur bouteille une seule fois puis qu'on la jette, il vaut mieux préférer les bouteilles en verre surtout si l'eau est très minéralisée ou l'eau du robinet avec un filtre efficace.  

Saviez vous qu'il existe 2 types de masques filtrants ?

Une note d’information des ministères de la santé de l’économie, des finances et du travail a paru le 29 mars 2020. Aidés par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), avec le soutien de l’ANSES, 2 nouvelles catégories de masques à usage non sanitaire ont ainsi été créées.

  • Les masques filtrants à usage des professionnels en contact avec le public (catégorie 1)
  • Les masques filtrants pour protéger l’ensemble d’un groupe portant ces masques et sans contact avec le public (catégorie 2)

Le gouvernement a créé un site qui liste les bons masques https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/liste-des-tests-masques-de-protection 

Conservez votre santé 

Comme conseils de base, mangez et consommez des produits «  » ou plutôt des aliments « naturels ». Nous préférons ce terme, car de plus en plus les produits que l'on trouve en grande surface (sur de très petits linéaires) ou même dans des magasins « bio » n'ont de « bio » que le nom.

  • Emballés dans du dont on ne connaît pas exactement les effets sur notre organisme, les produits ont parcouru parfois des milliers de kilomètres. Le pire : en avion.
  • Avant de penser au recyclage, évitez tous les emballages
  • Pensez toujours où finira la poche en plastique que vous avez utilisée parfois quelques heures. Dans la nature, les cours d'eau, une déchetterie, une usine d'incinération ? 

Au final, vous récupérerez ses molécules microscopiques lorsque vous irez à l'océan ou à la mer ou elles viendront à vous : vous respirerez la pollution atmosphérique.

La planète s'adapte 

La planète n'est pas en danger*. Selon Al Gore, l'ancien Sénateur américain auteur du livre « une vérité qui dérange », l'urgence planétaire du réchauffement climatique est devenue prioritaire : « l'atmosphère est un égout à ciel ouvert et les poumons en sont les poubelles ».

*  l'Homme si


L'air et l'eau pollués 

L'air comme l'eau sont de plus en plus pollués par l'activité humaine.

  • L'air extérieur et l' sont pollués, le centre international sur le cancer (CIRC) a tiré la sonnette d'alarme, la France est menacée de sanction, car l'air y est devenu irrespirable et responsable de certaines pathologies.
  • En France, la surveillance de la qualité de l'air atmosphérique ambiant est assurée par différentes associations indépendantes.
  • Elles sont chargées pour le compte de l'État et des pouvoirs publics, de la mise en oeuvre de moyens de surveillance.
  • Ces associations transmettent les données concernant quatre polluants (dioxyde d'azote, ozone, dioxyde de soufre, particules de type PM10).
  • Un bulletin quotidien est fourni par le département Air de l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie).
  • Le ministère de l'Écologie avec le concours de l'ADEME et de l'INERIS (Institut National de l'Environnement industriel et des risques) établit un bilan annuel de la qualité de l'air en France.

Un bilan construit à partir des données transmises par les associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (AASQA) à la base nationale de données sur la qualité de l'air.

3 ennemis de la qualité de l'air

Trois autres ennemis de la qualité de l'air : le diesel, le tabac et la combustion du bois.

Toutes les activités humaines génèrent des particules fines et très fines en augmentation constante depuis près de 2 siècles.

La combustion d'énergies fossiles dans les véhicules (notamment le diesel), le chauffage (particulièrement celui fonctionnant au bois), la combustion de biomasse* dont les  à l'air libre, les centrales thermiques à charbon, les procédés industriels libèrent de nombreuses particules fines dans l'air diminuant la qualité de l'air.

Le seuil de pollution 

La qualité de l'air est devenue préoccupante.

  • Le seuil de pollution devient inquiétant pour la santé, car ce sont des milliers de tonnes de particules fines et particules très fines qui sont en suspension dans l'air.
  • La pollution due au tabagisme dans les locaux est avérée.

L'émission de particules fines

L'émission de particules issues de la carburation automobile particulaire tend à diminuer dans les pays riches par l'adjonction de pots catalytiques limitant les grosses particules des moteurs diesels, mais ces technologies agissent peu sur les particules fines formées par les gaz d'échappement.

Avec la mondialisation et la croissance des pays en développement, les particules émises par les avions, les fusées, les inutiles vols orbitaux de tourisme, les moteurs des bateaux privés et marchands, les navires transbordeurs, les navires de guerre, sont en très forte augmentation.

*La biomasse est l'ensemble des matières organiques d'origine végétale, animale ou fongique pouvant devenir une source d'énergie par combustion (par exemple le bois énergie), après procédé de méthanisation (par exemple biogaz) ou après de nouvelles transformations chimiques (par exemple agrocarburant).

Attention au tabac dont la fumée contient de nombreux polluants dont le polonium un produit très toxique même en quantité infime. 

La fumée du bois également émet des substances nocives. Dessin Picbleu

Paquet-cigarette-bois-bûche-Documentation-Acqualys

Surveillance de l'air 

Le but de cette surveillance de la qualité de l'air est :

  1. De contrôler la qualité de l'air grâce à des dispositifs de mesure et à des outils de simulation informatique.
  2. Contribuer à l'évaluation des risques sanitaires et des effets de la pollution sur l'environnement et le bâti.
  3. Informer les populations, les médias, les autorités et les décideurs (diffusion quotidienne de la qualité de l'air pour le jour même et le lendemain).
  4. Participer au dispositif opérationnel d'alerte mis en place par certaines régions en cas d'épisode de pollution atmosphérique (mesures de réduction des émissions mises en place par les préfets).
  5. Comprendre les causes et les phénomènes de pollution.
  6. Évaluer ces phénomènes de pollution grâce à l'utilisation d'outils de modélisation.
  7. Évaluer l'efficacité des stratégies proposées pour lutter contre la pollution atmosphérique et le changement climatique.

ATMO qualité de l'air 

L'air intérieur des logements est parfois plus pollué que l'air extérieur et une aération correcte doit permettre son renouvellement. [sujet:3 target=_blank] sont la cause de pathologies diverses. 

l’indice ATMO

Sur le tableau ci-dessous, l’indice ATMO, obligatoire pour les villes de plus de 100 000 habitants, est un indicateur de la qualité de l’air calculé chaque jour à partir de la surveillance de quatre polluants (dioxyde d’azote, ozone, dioxyde de soufre, particules de type PM10), sur une échelle graduée de 1 à 10 et avec des couleurs vert, orange et rouge.

En cliquant sur la carte ci-dessous de la fédération des associations de Surveillance de la qualité de l'air, vous pouvez accéder au portail de votre région.

Sur la carte ci-dessus, il est possible de vérifier le niveau de qualité de l'air par la mesure de quatre polluants (dioxyde d’azote, ozone, dioxyde de soufre, particules de type PM10). L'indice ATMO est un indicateur et un indice de la qualité de l'air : accéder au site ATMO

Aquitaine Pays basque

La qualité de l'air en temps réel sur la région Aquitaine Pays basque.



Recherche de mots clefs dans les articles

12 articles

Fin des articles