Gaz propane en citerne élaboré à partir de bactéries intestinales

Temps de lecture: moins d'une minute , Dernière mise à jour: 22/09/2023
Voir les articles de même catégorie Gaz en citerne

Sommaire


La biosynthèse microbienne du propane est possible grâce à une enzyme humaine. L'Escherichia coli permettra le remplacement à l'échelle industrielle du raffinage du pétrole ou de gaz de champs par la production photo biologique de propane. Ce système n'entrerait pas en concurrence avec les terres agricoles déjà exploitée pour les cultures céréalières dont le colza utilisé pour produire de l'EMAG un additif utilisé dans le biofioul.

​​

Gaz propane et bactéries intestinales

Les chercheurs créent du propane à partir de bactéries intestinales.

  • Une étude publiée dans le journal scientifique Nature Communications* le 2 septembre 2014 démontre qu'il est possible de fabriquer du propane renouvelable.
  • Le but des scientifiques était de développer un processus renouvelable peu coûteux, facile à fabriquer et durable d’un point de vue économique.
  • Les chercheurs ont utilisé des enzymes pour interrompre un processus biologique qui transforme les acides gras en membranes cellulaires afin que la bactérie fabrique du propane renouvelable plutôt que des membranes cellulaires.

L'Escherichia coli

​L'Union Européenne finance des études sur la production de grandes quantités de combustible dans le cadre du projet DIRECTFUEL (Direct biological conversion of solar energy to volatile hydrocarbon fuels by engineered cyanobacteria).

  • Des équipes de scientifiques de l'Imperial College de Londres et de l'Université de Turku en Finlande avaient étudié la bactérie « Escherichia coli » le colibacille intestinal des mammifères, très commun chez l'être humain qui compose environ 80 % de la flore intestinale aérobie.
  • Des enzymes spécifiques ont été utilisées pour canaliser ces types d'acides gras à travers une voie biologique différente de façon à ce que les bactéries puissent produire du propane renouvelable à la place des membranes cellulaires.
  • En utilisant l'« Escherichia coli » comme organisme hôte, ces scientifiques ont interrompu à un stade précoce le processus biologique qui transforme les acides gras en membranes cellulaires.
  • Ainsi, l'acide butyrique qui est un acide gras saturé à 4 atomes de carbone, un composé d'une odeur particulièrement désagréable, mais qui est essentiel à la production du propane est préalablement éliminé.
  • Ces chercheurs ont ajouté une enzyme récemment découverte (appelée aldéhyde-oxygénase déformylation ADO), connue pour créer naturellement des hydrocarbures et ainsi produire du propane.
  • L'avantage de ce processus naturel est de s'effectuer en utilisant un minimum d'énergie.

Ce processus pourra être compatible avec toutes les infrastructures existantes pour une grande facilité d'utilisation.

*Nature Communications est une revue pluridisciplinaire Américaine qui publie les résultats de recherche de haute qualité dans tous les domaines des sciences naturelles. Selon le Journal Citation Reports 2013 ® Science Edition, elle aurait un facteur d'impact de 10.742 (Thomson Reuters, 2014).

revue-scientifique-nature-communications




Recherche de mots clefs dans les articles

1680 articles