Arrêté de réversibilité (Obligation d'un conduit de fumée)

Voir les articles de même catégorie Économiser le CO2

Sommaire


Dans une maison neuve, EDF a longtemps incité les usagers a mettre des appareils électriques économiques à l'achat, mais coûteux à l'usage et difficiles à remplacer, car intégrés au bâti. Jusqu'en 2010, l'installation du tout électrique était la norme. La France possède autant d'appareils de chauffage électriques que tous les pays européens.


Lorsque l'on veut changer ses convecteurs, son plancher chauffant électrique et son plafond rayonnant se pose le problème de la compatibilité nulle à l'inverse des radiateurs ou d'un plancher chauffant à eau chaude. Pour compenser cet état de fait une circulaire de 2008 précisait l'arrêté de réversibilité de 2005.

L'arrêté de réversibilité

Un usager doit pouvoir remplacer son chauffage lorsque celui-ci est trop coûteux.

  • Comme il est impossible de changer facilement une installation de chauffage comprenant desconvecteurs, plancher chauffant électrique ou plafond rayonnant, il a été imaginé de créer un conduit de cheminée. Une façon de contourner l'arrêté.

Résumé de l'arrêté de réversibilité du 24 juin 2008

  • Une circulaire du 24 juin 2008 relative à l'application de l'arrêté du 31 octobre 2005 et faisant référence aux dispositions techniques pour le choix et le remplacement de l'énergie des maisons individuelles précisait les dispositions techniques de l'arrêté de 2005 (réversibilité).
  • Les maisons individuelles chauffées à l'électricité doivent être équipées, lors de leur construction, d'un système d'évacuation des fumées vertical compatible avec le raccordement d'une installation de chauffage à combustible gazeux, liquide ou solide et d'un foyer fermé à bois ou à biomasse. Une réservation dans les planchers des niveaux intermédiaires est réalisée pour le passage du conduit.
  • En l'absence de raccordement, le système d'évacuation est obturé de façon étanche.
  • La mise en place d'un tel système sur une maison existante, en même temps que le générateur de chaleur, conduit à des travaux importants et coûteux, notamment sur les structures du bâtiment.
  • Dans le cas où un tel système d'évacuation des fumées n'a pas été prévu dès la construction de la maison, l'ampleur des travaux nécessaires pour mettre en place freine alors considérablement les prises de décisions, au détriment des problématiques de développement durable.

Le MEEDDAT et l'arrêté

Le MEEDDAT précisait l'arrêté :

Cet arrêté de réversibilité n'étant pas systématiquement appliqué. Les services du Meeddat avait produit une circulaire qui informait toutes les parties prenantes des motifs de ce texte et du type de conduit de fumée à installer.

Le MEEDDAT (ex ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire) précisait l'arrêté de 2005 publié mi-novembre 2005, obligeant à réaliser un conduit de fumée dans toutes les maisons individuelles chauffées à l'électricité et dont le permis de construire a été déposé après le 1er septembre 2006.


Dates relatives à la circulaire du 24 juin 2008 :

Circulaire du 24 juin 2008 relative à l'application de l'arrêté du 31 octobre 2005 relatif aux dispositions techniques pour le choix et le remplacement de l'énergie des maisons individuelles. NOR: DEVU0814871C - Bulletin officiel nº 2008-13 - Texte non paru au Journal officiel.

Circulairedu 24 juin 2008

Explication des modalités d'application de la circulaire.

Cette circulaire précise les dispositions résultant de l'arrêté du 31 octobre 2005 relatif aux dispositions techniques pour le choix et le remplacement de l'énergie des maisons individuelles. Le ministre d'État, ministre de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire et le ministre du Logement et de la Ville, à Mesdames et Messieurs les Préfets de région, Mesdames et Messieurs les Préfets de département, Mesdames et Messieurs les directeurs régionaux de l'équipement, Mesdames et Messieurs les directeurs départementaux de l'équipement, Mesdames et Messieurs les directeurs départementaux de l'équipement, de l'agriculture et des forêts, Messieurs les Directeurs des centres d'études techniques de l'équipement.


Objectif de la disposition

Cette circulaire du 24 juin 2008 répondait aux préoccupations du développement durable


La possibilité, pour les maisons individuelles chauffées par électricité, d'avoir recours à un chauffage au bois ou à biomasse est une réponse aux préoccupations du développement durable, du changement climatique et de la lutte contre l'effet de serre, le bois chauffage et la biomasse étant très économes en émissions de C02 sur leur cycle de vie. Une telle disposition concourt par ailleurs à une meilleure maîtrise de la demande d'électricité, dont les principes ont été confortés aussi bien dans le Plan climat que dans la loi de programme du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique.

Maison individuelle non équipée

Dans le cas d'une maison individuelle non déjà pourvue d'un système d'évacuation des fumées adapté, la mise en place d'un tel système sur une maison existante, en même temps que le générateur de chaleur, conduit à des travaux importants et coûteux, notamment sur les structures du bâtiment. Ces travaux sont les suivants : mise en place d'un débouché en toiture, percement de planchers hauts et éventuels planchers intermédiaires, passage du conduit.
Dans le cas où un tel système d'évacuation des fumées n'a pas été prévu dès la construction de la maison, l'ampleur des travaux nécessaires pour mettre en place un chauffage au bois ou à biomasse freine alors considérablement les prises de décisions, au détriment des problématiques de développement durable.

L'arrêté du 31 octobre 2005

Ainsi, pour remédier à ce frein constaté et faciliter le recours à un chauffage au bois ou à biomasse, le ministre de l'Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement a signé l'arrêté du 31 octobre 2005 relatif aux dispositions techniques pour le choix et le remplacement de l'énergie des maisons individuelles, publié au Journal officiel de la République française du 15 novembre 2005. Cet arrêté a par ailleurs fait l'objet d'une rectification, publiée au Journal officiel de la République française du 19 novembre 2005.

Pour rappel, l'article 1er de cet arrêté est ainsi libellé :

« Les maisons individuelles chauffées à l'électricité sont équipées, lors de leur construction, d'un système d'évacuation des fumées vertical compatible avec le raccordement d'une installation de chauffage à combustible gazeux, liquide ou solide et d'un foyer fermé à bois ou à biomasse. Une réservation dans les planchers des niveaux intermédiaires est réalisée pour le passage du conduit. En l'absence de raccordement, le système d'évacuation est obturé de façon étanche. »

Cette disposition est entrée en application pour toutes les maisons individuelles chauffées à l'électricité pour lesquelles la demande de permis de construire a été déposée depuis le 1er septembre 2006.
Cependant, et malgré un courrier explicatif envoyé par le directeur général de l'urbanisme de l'habitat et de la construction aux professionnels concernés, les services de l'État constatent une mauvaise application de cette disposition, notamment du fait de difficultés d'interprétation de l'arrêté précité. La présente circulaire a donc pour objectif d'expliciter les modalités d'application de l'arrêté du 31 octobre 2005.

Explication des modalités

Champ d'application :

Par « maison individuelle chauffée par électricité », on entend toute maison individuelle, quels que soient sa géométrie et son nombre de niveaux, pourvue d'un système de chauffage utilisant majoritairement de l'électricité pour assurer son fonctionnement.

Il s'agit notamment des maisons équipées des systèmes de chauffage électrique suivants : convecteurs, panneaux rayonnants, radiateurs à inertie, plafonds ou planchers rayonnants, systèmes de chauffage à air alimentés par un générateur électrique (pompes à chaleur air/air, ventilation double flux avec préchauffage par un générateur électrique).

Date d'application :

Comme mentionné à l'article 2 de l'arrêté du 31 octobre 2005, la disposition s'applique à toutes les maisons individuelles chauffées par électricité pour lesquelles la demande de permis de construire a été déposée à compter du 1er septembre 2006.

Exigences :

Pour les maisons individuelles entrant dans son champ d'application, l'arrêté du 31 octobre 2005 impose que la maison soit, lors de sa construction, équipée d'un système d'évacuation des fumées. Ce système doit comporter :

  • Une souche en toiture.
  • Un conduit d'évacuation vertical partant de la souche en toiture et débouchant dans les locaux du niveau chauffé le plus bas. Ce conduit doit donc notamment traverser tous les planchers hauts et intermédiaires entre la souche en toiture et le niveau chauffé le plus bas.

Par ailleurs, afin d'être compatible avec le raccordement d'appareils de chauffage à combustible solide, liquide ou gazeux, le conduit mis en œuvre doit être marqué CE et désigné T 450 (classe de température) et G (résistant au feu de cheminée).

Enfin, en l'absence de raccordement d'un appareil, le conduit doit être obturé par un dispositif spécifique en assurant l'étanchéité à l'air. Fait à Paris, le 24 juin 2008.


Vous avez une question?


Recherche de mots clefs dans les articles

889 articles

Principaux types de gaz à effet de serre et réchauffement climatique

L'effet de serre est dû aux gaz qui absorbent une partie des rayons solaires en les redistribuant sous la forme de radiations qui rencontrent d’autres molécules de gaz, répétant ainsi le processus et créant l'effet de serre, d'où une augmentation de la chaleur. 

Convertir le fioul domestique Règles de conversion

Le calcul des équivalences litres fioul/tonnes repose sur des règles de conversion standardisées : 1 litre de fioul = 10 kWh.  Il est possible de passer du kilo à la tonne, puis au kilowattheure. Équivalences litre/tonne : les règles de conversion. Un mètre cube est équivalent à 1000 litres. A une température de 15°C, la masse volumique du fioul est comprise entre 0,830 et 0,880 kilogrammes par litre.​

La France voulait réduire le nucléaire dans le bouquet énergétique

La France voulait réduire la part du nucléaire dans son bouquet énergétique et fermait la porte à l'exploitation des gaz de schiste sur son sol et souhaitait vendre à la Pologne des réacteurs atomiques, tandis que le géant français Total énergies y cherchait du gaz de schiste. Source AFP.

Vente et pose cheminée foyer Turbofonte gaz Gouesnou 29 Finistère

Vente et installation de cheminées inserts foyers et poêles à gaz de la marque Turbofonte. Un showroom Chaleur bois de 200 m2 situé 19 boulevard Gabriel Lippmann 29850 Gouesnou dans le Finistère (29) permet de découvrir une grande quantité de modèles à gaz.

Centrales atomiques dans le monde Bilan nucléaire mondial

Le bilan nucléaire mondial est édifiant. Le parc nucléaire civil dans le monde comptait en 2021 444 tranches nucléaires dans 32 pays. Chiffres de l'Agence internationale de l'énergie atomique. À l'heure actuelle, 57 installations sont en cours de construction et 101 centrales nucléaires sont encore prévues. La Chine avait déclaré 31 projets de construction.

Centrales nucléaires en France Conflit entre sécurité et profit

Hubert Reeves donnait une interview au journal « La Vie », le 24 mars 2011 où il déclarait « ce conflit entre la sécurité et le profit est pour moi une des raisons pour laquelle je pense que le nucléaire est une activité trop dangereuse pour être confiée aux « humains trop humains ». 

Facteurs modifiant le rendement des chaudières de chauffage

​Le rendement d'une chaudière bois fioul ou gaz est le rapport entre le combustible consommé et l'énergie produite. Plus le chiffre du rendement est élevé et plus les économies seront importantes. Cet indicateur est essentiel pour le choix d'un appareil de chauffage. Le rendement des chaudières de chauffage est exprimé en PCI (Pouvoir Calorifique Inférieur).

Cheminée insert gaz naturel propane Avantages inconvénients

Une cheminée à gaz chauffe efficacement sans odeur sans fumée et donne l’ambiance d'une cheminée traditionnelle sans les contraintes liées à l’utilisation du bois bûche. Quels sont les avantages et inconvénients des cheminées à gaz naturel ou gaz propane ? Cet article détaille tout ce qu'il faut savoir. 

Charger plus d'articles