Le colza comme biocarburant ou biofioul est-il acceptable ?

Temps de lecture: 6 min , Dernière mise à jour: 09/02/2024
Voir les articles de même catégorie:
Pétrole > Biofioul

Sommaire


Le colza est une plante oléagineuse riche en huile qui est utilisée pour les huiles pour la consommation humaine et en tourteaux pour alimenter les animaux. La chimie végétale a permis de l'exploiter pour les carburants en utilisant l'EMAG de colza comme additif. En restant marginale, cette utilisation pourrait être acceptable, mais l'industrie pétrolière veut aller plus loin en l'incorporant dans le fioul pour gagner du temps.

Le colza

Il offre d'indéniables avantages :

  • C'est une plante mellifère attirant les insectes pollinisateurs comme les abeilles.
  • Il couvre le sol pendant environ 300 jours et absorbe le CO2
  • Il absorbe l’azote en automne et améliore l’état organique des sols
  • Il réduit l'érosion des sols

et des inconvénients :

Ce sont des tracteurs agricoles qui fonctionnent au pétrole qui fonctionnent pour le cultiver avec :

  • De l'eau : le colza a besoin d'eau issue de précipitations naturelles ou par irrigation.
  • Des engrais : des nutriments comme l'azote, le phosphore et le potassium sont incorporés dans le sol provenant d'engrais synthétiques. Nos anciens utilisaient le fumier, mais au stade industriel comme les agriculteurs sont passés, ce système est dépassé.
  • Des intrants : des produits phytosanitaires (herbicides), pour contrôler les mauvaises herbes, les maladies (fongicides) et les ravageurs (insecticides) comme les altises, charançons. Les semences sont traitées à la base par les multinationales de la chimie.

Le colza comme biocarburant

Le colza est aussi une plante pouvant fournir de l'agrocarburant. Les biocarburants proviennent de plantes cultivées (tournesol, betterave, colza…). Les produits obtenus sont l'ETBE (Ethyl tertio butyl éther) et les EMHV (Esters méthyliques d'huiles végétales). Les biocarburants sont utilisés lorsqu'ils sont introduits dans les carburants traditionnels : l'ETBE est introduit dans les essences et les EMHV sont introduits dans le gazole et le fioul domestique.

Les chiffres en 2005 : les quantités de biocarburants mis en vente ont été de 228 879 tonnes d'ETBE et à 368 487 tonnes d'EMHV.

Depuis une hausse vertigineuse du pétrole à plus de 146.80 dollars le baril en juillet 2008, les médias ont commencé à mettre en avant l’écologie et notamment les « biocombustibles » dont l’avantage principal serait d’être un carburant « biocombustible », une source renouvelable d'énergie, c'est-à-dire ne se trouvant pas en quantité limitée dans la planète comme le pétrole ou l’uranium. Mais, représentent-ils une solution acceptable pour contrer l'effondrement environnemental de la planète et une alternative pour l'agriculture ou constituent-ils un moyen de survie pour une petite minorité du monde industriel agricole ? ( qui peut produire des impacts environnementaux tout aussi polluants que ceux engendrés par les combustibles fossiles).

Champ de colza utilisable en agrocarburant. Photo Picbleu ®

agrocarburant-champ-de-colza-fleuri-Gers-32

L'utilisation des agrocarburants

En France, extrait de la déclaration d’Anne Souyris porte-parole nationale des verts qui demandait d’abandonner l’objectif de consommation d’agrocarburants dans les transports d’ici 2020.

"Entre se nourrir ou conduire, il faut choisir".

« Les pays riches ont le devoir de ne pas affamer le tiers monde pour faire leur plein d’essence, alors que des solutions de transports plus sobres énergétiquement existent. Et ce, d’autant que les citoyens des pays riches ne sont pas épargnés par ces hausses de prix. Depuis plusieurs mois, de nombreux pays comme le Mexique, Haïti ou encore le Cameroun ont connu des émeutes en raison de l’augmentation du prix des denrées alimentaires. Les agrocarburants ou Biocarburants sont une vraie fausse bonne idée. C’est même une idée meurtrière. Ils accélèrent la hausse des prix des matières premières, leur culture dégrade fortement l’environnement et leur bilan énergétique est mauvais. Sauf pour ceux qui les vendent, leur intérêt est nul. Quant au danger d’affamer la moitié de la planète, c’est une réalité. »

Sources : Renewable Energy Policy Network for the 21st Century.

Avis de Picbleu Les biocarburants

Les agro carburants pourraient être encouragés sans réserve à la condition expresse que nos agriculteurs utilisent les champs en jachère, pour y faire pousser du tournesol, sans l’irriguer, sans charger la terre d’engrais, de pesticides. Ceci en théorie, car le ministère de la Transition écologique était opposé à l'utilisation du colza pour le biofioul, car le gisement français est déjà exploité.

Après récolte, ils fabriqueraient leur huile, l’utiliseraient avec leurs voisins, pour remplir les réservoirs de leurs tracteurs agricoles, leurs voitures et leur chaudière de chauffage central.

Industrie pétrolière et autres investisseurs

Mais, lorsque l’industrie pétrolière et autres investisseurs se mettent à faire produire, fabriquer, distribuer pour conserver une clientèle captive, le bilan écologique est mauvais. Le but avéré est de complexifier et de sophistiquer la distribution de manière à garder le monopole de la fabrication et de ses bénéfices.

Hydrogène et carburant flexfuel

Outre le futur carburant hydrogène, le carburant flexfuel a été inventé. C’est un concept créé sur mesure, avantageux en termes financiers, qui permet de maintenir grande ouverte la vanne des pipelines et également celle de la TICPE (Taxe intérieure sur les produits énergétiques).

Le bilan énergétique des transformations nécessaire pour créer ce carburant est médiocre et sans commune mesure avec les petites productions agricoles locales.

Associations

  • Le CFSI (Comité Français pour la Solidarité Internationale) est une association regroupant 23 organisations partageant la même vision de la solidarité internationale, ONG de développement, organisations liées aux collectivités territoriales ou organisations syndicales, le CFSI apporte son appui aux projets menés par des associations partenaires dans différents pays.
  • Ces ONG trouvent des solutions pour influer sur les politiques et améliorer la situation des plus pauvres.
  • Le CFSI leur propose des partenariats et un soutien pour s’organiser, renforcer leurs compétences, gagner en autonomie et être les acteurs de leur propre développement.

Biofioul : conservation
De par sa composition le biofioul a une durée de vie limitée : conseils pour pouvoir le conserver.



Recherche de mots clefs dans les articles

7 articles

Fin des articles